CROQUIS APS 2

Faire appel à un architecte d’intérieur : pourquoi c’est “cher” 6


 

J’ai reçu hier soir un message d’une de mes clientes, qui, ravie de la prestation que je venais de lui offrir, m’a demandé une prestation complémentaire. Je lui ai donc envoyé un devis pour le complément, et, visiblement très surprise du montant du devis, elle m’a demandé, je cite, “de faire un effort”, m’argumentant qu’elle avait d’autres frais : travaux, achat de mobilier, etc.

Le matin même, je lisais sous l’article au sujet de ma sdb, le commentaire d’une lectrice, qui, félicitant le résultat, me demandait “si ça m’avait coûté cher”, parce que, “faire faire, c’est pas donné”.

Passé le choc de l’émotion à la réception du message de ma cliente, je l’ai remerciée  de son audace, qui va me donner l’occasion de clarifier ici la zone d’ombre et d’incompréhension qui règne souvent sur un chantier, entre les clients, les concepteurs (architectes), et les réalisateurs (entrepreneurs tous corps d’états).

Nous verrons tout d’abord dans cet article, comment évaluer la valeur du travail d’un architecte d’intérieur, et ce que l’on entend par le mot “valeur”. Puis, nous verrons pourquoi ce travail est sans doute l’investissement le plus important de votre chantier.

Comment définir la valeur du travail d’un architecte d’intérieur

1/ Comment choisir son architecte d’intérieur

J’ai créé ce blog pour 2 raisons.

La première, c’était que je ne comprenais pas qu’aucun blog comme celui-ci existe. Au moment où je l’ai créé, tous les blogs d’architecte d’intérieur que j’aie pu trouver, n’étaient que des “carnets d’inspiration” ne donnant pas vraiment d’explication sur ce qui me passionnait moi : comment on fait des maisons ergonomiques et confortables. Pas seulement “tendance”, mais avant tout bien pensées. J’ai donc créé le blog que je n’ai pas trouvé, en me disant que je pourrais aider des milliers de personnes, et c’est aujourd’hui le cas puisque vous êtes plus de deux milliers à avoir téléchargé mon guide gratuit.

La deuxième, c’était que je savais qu’en offrant gratuitement mon savoir, je ne m’enlevais aucune compétence : au contraire, je les ai développées. Au fil de mes articles, j’ai pu prouver mon savoir-faire, et ce blog constitue aujourd’hui ma meilleure carte de visite. J’y montre finalement très peu de mes réalisations, parce que je pense que ce qui vous intéresse, c’est votre maison, pas celle des autres. (et puis pour vous dire la vérité, je n’ai pas le temps d’écrire autant d’articles que ce que je voudrais !) Mais j’essaie d’expliquer la vision que j’ai de mon métier. Tous mes clients ont été d’abord lecteurs de ce blog avant de s’engager avec moi (même lorsqu’ils m’ont connue par un autre biais que ce blog).

Je vous conseille ainsi de choisir un architecte d’intérieur, non pas parce qu’il est moins cher qu’un autre, mais parce que vous connaissez sa vision de ce qu’est l’habitat, et qu’elle semble vous convenir. Parce que vous avez la sensation que cette personne vous comprend, et va être en mesure de vous faire des propositions pertinentes.

 

2/ Ce que vend un architecte d’intérieur : son temps.

Et oui. Je comprends que ce soit difficile à concevoir pour un client, mais un architecte d’intérieur, tout comme un maçon, un électricien, ou n’importe quel ouvrier qui œuvrera pour votre maison, ne vend pas ses compétences. Il vend son temps.

Effectivement, mes compétences, mes idées, mon savoir-faire, tout ça, c’est cadeau. J’anime d’ailleurs un groupe Facebook où je réponds gratuitement à tous les abonnés du blog qui me posent des questions, me demandent conseil en m’envoyant photos et plans de leur maison.

La seule chose que je vends, c’est mon TEMPS. Mon temps a une certaine valeur, et concevoir, dessiner, scanner, mettre de la couleur, faire des mise-en-page, des textes d’explications, des PDF, des plans 2D, des 3D, des books, faire les magasins, passer des heures de recherches sur internet, tout cela, c’est du TEMPS.

Alors, si l’on me demande un travail supplémentaire, on me demande du TEMPS supplémentaire. Accepteriez-vous de faire des heures supplémentaires gratuitement si votre patron vous explique que ce mois-ci, il a des frais, il doit acheter une nouvelle voiture, alors, il faudrait que vous fassiez un petit effort ? Non, bien sûr. Et ça ne viendrait même pas à l’idée de votre patron de vous présenter les choses de cette façon.

En discutant avec des entrepreneurs l’autre jour chez un fournisseur, j’entendais toujours le même discours “… et les clients, c’est plus ce que c’était, avant ils payaient, maintenant, ils demandent toujours moins, moins, moins cher à la signature du devis, et après, plus, plus, plus de prestations dès que le chantier a démarré !” Je souriais en me disant que j’avais la chance de n’être que conceptrice, avant de réaliser qu’en fait, je rencontrais moi aussi les mêmes problématiques.

Il y a une sorte d’incompréhension totale sur ce point là entre le client qui voit ses factures s’accumuler, et les entrepreneurs (et concepteurs) qui ont, eux aussi, des factures à payer… et il arrive régulièrement que le client, qui a eu un coup de cœur pour un carrelage 2 fois supérieur à son budget, demande en contrepartie à l’entrepreneur (qui n’y est pour rien !) d’offrir un peu plus de son temps gratuitement.

Pourquoi ? Parce que le client croit qu’il achète une compétence, comme il achèterait un pot de peinture, dont le prix ne varie pas en fonction du temps que vous allez mettre à l’acheter et à l’appliquer sur votre mur, mais peut varier en fonction des promotions du moment. Alors que l’ouvrier, lui, vend en réalité son temps. Et croyez-moi, il en passe généralement plus que ce qu’il avait prévu d’y passer.

 

3/ Tout ce que ne vous facture pas un architecte d’intérieur investi

Lorsque je m’investis dans un projet, je m’investis pour l’avenir d’une personne, d’un couple, d’une famille. Je me plonge dans leur quotidien, leurs personnalités, j’essaie d’anticiper leurs besoins, tout ce à quoi ils n’avaient pas forcément songé, pour éviter au maximum les “si on avait su …”

Le “waw” et l’étincelle dans les yeux que vous voyez dans les émissions déco au moment de la présentation du projet ou le soir de la réception de chantier, ça ne m’intéresse que peu. Ce que je vise, personnellement, c’est le “tout est parfaitement pensé, merci”, un an après la réception du chantier.

Mes clients remettent  leur bien-être quotidien entre mes mains. Ils l’auront vite oublié, mais chaque fois qu’ils ouvriront leur poubelle, rangeront leurs chaussures, s’installeront à table ou allumeront la lumière, plusieurs centaines de petits détails auront été pensées pour eux, par une architecte d’intérieur. Cela demande une concentration et un investissement très fort. Au-delà de la simple facture d’heures de travail prévues au départ.

Quand je travaille sur une étude, je vais être à l’affut de tout ce qui pourrait m’inspirer, en dehors de tout concept “d’horaires de bureau”. Quand un chantier a démarré, je ne regarde jamais ma montre lors d’une réunion de chantier. Et s’il faut passer 4 jours à chercher LE canapé qui va bien, je les passe.

4/ Le coût du travail

Lorsque vous achetez un canapé, vous n’achetez pas uniquement le matériel et les heures de travail qu’il a fallu pour le fabriquer. Vous achetez aussi les commissions de chaque intermédiaire, les différents transports, la publicité qui a été nécessaire pour vous amener à entrer dans le magasin, et tout un tas de trucs invisibles. La partie “canapé” n’est en réalité qu’une infime partie du prix.

Je ne vais pas lancer de débat sur les charges, les impôts, les frais fixes et variables, simplement, lorsque vous investissez dans le travail d’un artisan, vous payez du réel. Non, “ce n’est pas donné”, comme me l’a indiqué la lectrice de ce matin, mais oui, vous en avez pour votre argent.

J’ai beau être au service du client, je défends aussi, sur un chantier, la rémunération des artisans qui travaillent pour eux et s’investissent pour leur satisfaction.

Quant au prix de mon temps, j’irai même plus loin. Je n’ai aucun complexe à assumer que le prix de mon temps est comme celui d’une bonne bouteille de vin : il augmente dans le temps, car il acquiert plus de valeur à chaque chantier. Et que chaque jour qui passe, mon temps se fait plus rare, donc plus précieux. Mais à chaque fois que vous ferez appel à mes services, vous bénéficierez de tout le temps que j’ai passé sur d’autres chantiers avant le vôtre, et qui fait aujourd’hui, sa valeur. Car dans ce métier, on apprend en continu.

 

Pourquoi l’investissement en conception est plus important encore que l’investissement en réalisation

 

Il est arrivé régulièrement que mes clients dépensent autant, voire plus cher, en conception (pour mes services, notamment en design de mobilier sur-mesure), qu’en achat de matériaux pour leurs travaux, et qu’ils soient ravis de cet investissement qui, au final, leur aura coûté beaucoup moins cher, et leur aura apporté beaucoup plus de valeur, qu’un “à peu près” avec des solutions de mobilier non adaptées. Ce qui fera la valeur et le confort de votre suite parentale, ce n’est pas le prix de votre dressing, mais la pertinence de l’agencement et de la décoration.

Ce qui offrira une sensation d’espace dans votre petit appartement, ce n’est pas ce lit suspendu vu à la foire, ou cette peinture blanche sur tous les murs : c’est le plan de votre architecte qui aura réussi à transformer votre 2 pièces mal fichu en 3 pièces super-confort.

Autrement dit, la prestation d’un bon architecte d’intérieur ne doit pas être considéré comme un petit bonus, un caprice dont on pourrait se passer.

En réalité, la partie conception, dans un projet, est celle où l’on doit absolument investir le plus (en qualité), car, même avec le plus beau des canapés, si le concept est inadapté, tout est râté. En revanche, si l’optimisation est bien pensée, même avec des matériaux ou du mobilier moins luxueux, le rendu peut être superbe.

 

Si vous voulez faire tout seul …

Pourquoi pas.

Mais formez-vous. Informez-vous. Lisez des blogs comme celui-ci, téléchargez, lisez, appliquez la méthode de travail que j’offre en bonus lorsque vous vous abonnez.

Posez-vous des questions.

Posez-vous.

Et vous réaliserez, qu’une bonne conception, c’est avant tout de longues réflexions …

… et du TEMPS.

 

Et si vous êtes architecte d’intérieur / professionnel de l’immobilier

Bienvenue au club, comme 30% de mon lectorat. N’hésitez pas à partager cet article, il a aussi été écrit pour vous !

 

 

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article:transformer 2 pieces en 3

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Faire appel à un architecte d’intérieur : pourquoi c’est “cher”

  • Papy Claude, Claude Lefrançois

    Très longue diatribe Maïlys, mais tellement juste.
    J’ai connu cet écueil tout au long de mon activité, dans un 1er temps de constructeur, dans un 2ème temps de maître d’œuvre et, enfin, 3ème temps, lorsque j’ai été artisan.
    Constructeur, je n’ai jamais réalisé 2 fois la même construction, ni en définition, ni en conception, ni en équipements : pas mêmes lieux, pas mêmes occupants, pas mêmes objectifs, pas mêmes moyens …
    Maître d’œuvre : même causes, mêmes effets.
    Artisan : pas mêmes contraintes techniques, pas mêmes objectifs, pas mêmes moyens, pas mêmes solutions.

    Jamais je n’avais pensé à la problématique “temps consacré”, soit directement sur le sujet même, soit indirectement par culture générale dans le domaine spécifique ou expériences cumulées.

    J’ai pourtant souvent fait le calcul de mon taux horaire et, combien de fois, j’ai constaté que, au vu du temps passé, je ne me rémunérais même pas au SMIC, ce malgré les compétences diverses mises au service de la cause et les prises de risque financier et autres.

    La conclusion que j’ai tirée de mes temps de “prestation intellectuelle” (constructeur, maitre d’œuvre), c’est que si l’œuvre avait été ratée, ne serait-ce qu’en partie, je n’avais pas été bon (heureusement ce fut rare), par contre, lorsqu’elle avait été bien réalisée, c’est que le client savait ce qu’il voulait et que les artisans avaient été bons.
    Rares furent les remerciements, mais bon, rares aussi sont ceux qui disent leur satisfaction par rapport à ceux qui font état de leur insatisfaction.

    La prestation intellectuelle n’est, effectivement, plus reconnue dans le bâtiment, dommage, ça engendre des produits sans âme, sans personnalité et, ce qui n’est pas moins grave : pas forcément adaptés aux attentes et besoins réels des occupants.

    • Mailys Auteur du billet

      Merci beaucoup pour ton témoignage Papy Claude, effectivement, si les artisans et les concepteurs étaient réellement payés à l’heure, on serait très riches ! :-)
      Mais on est certainement responsables de cette non-reconnaissance de la valeur de notre temps. C’est pour cela que j’ai eu envie d’écrire cet article !

  • Laure MESTRE

    Coucou Mailÿs,
    Je suis d’accord sur à peu près tous les points sauf sur celle du temps ! Mais alors, pas du tout d’accord ! Ce que vend l’architecte d’intérieur (ou la conseillère en agencement comme moi, dans une moindre mesure) c’est du temps mais surtout des compétences. Tu as des qualifications que d’autres n’ont pas (un diplôme) et des aptitudes rares (capacité à prendre en compte les besoins réels de la clientèle, esprit propice à l’optimisation de l’espace). Il ne s’agit pas seulement de temps passé sur un projet, sinon, puisque tu es plus habile que d’autres, tu trouves plus vite la solution à un casse-tête architectural et tu es moins bien payée ! Les clients achètent aussi, et je dirais même surtout, nos qualités humaines !!!

    • Mailys Auteur du billet

      Bonjour Laure, ta remarque est très pertinente. Néanmoins, je pense qu’il faut distinguer ce que le client achète, et ce que toi tu vends. Le client achète mes compétences, et moi je vends mon temps. En réalité, en suivant ta logique, si je suis “plus habile” que mes clients, je leur fais gagner du temps pour trouver la solution à leur casse-tête architectural ;-) donc ils m’achètent bien du temps. En revanche, j’explique bien dans l’article la valeur de mon temps de travail. Plus je travaille, plus j’acquiers des compétences, plus ce temps prend donc de la valeur ! Il n’est donc pas question d’être moins bien payée que les “moins compétents” ;-)
      Tu sais, j’ai pris conscience de cette notion de temps assez récemment, car, j’ai beau être “compétente”, je réalise que ce qui prend du temps, ce n’est pas de faire germer les solutions, mais de les présenter, les développer, les détailler, les mettre sur papier, faire des plans, des 3D, etc. Mes idées, je les donne volontiers ! Mais ça ne suffit pas !

  • Veronique et Bruno

    Bonjour Mailys,
    Merci pour cet article très pertinent qui soulève avec passion combien la valeur du métier de concepteur est souvent sous-estimée ! L’histoire que tu racontes avec ta cliente est un classique du métier ! :) Néanmoins, nous avons eu aussi des clients qui demandaient combien ils nous devaient en plus par rapport au temps investi avec eux, car ils se rendaient compte de la valeur apportée par notre travail d’étude ! Nous avons remarqué que le niveau d’empathie et de vision d’ensemble des clients joue sur l’acceptation ou non du devis d’une prestation de service et de conseil ! Bien à toi ! :)

  • Mylène

    merci pour ton article, tu ouvres les yeux sur la partie cachée ! on en voit que la pointe de l’iceberg et on oublie trop vite qu’il a besoin d’une base immense pour être à flot !
    Bon courage, j’ai hâte de découvrir ton nouveau projet de formation.