Cet article est une contribution au laboratoire d’idées “Vers un monde meilleur”. Ses membres publient une fois par mois un article sur un thème commun. Ce mois-ci, le thème est “Communiquer sans parler”, proposé par Blandine du blog Familles Connectées et son article « Somatisations, ce que les maladies de nos enfants nous révèlent ».

CAUSE DE DISPUTES N°1

C’est la première source de conflit chez les ménages : LE ménage. Demandez à n’importe quel couple : pourquoi vous disputez-vous ? Vous aurez 2 réponses :

1/ le ménage ;

2/ l’éducation des enfants

… Quant aux rapports parents/enfants, c’est exactement la même chose : “RANGE TA CHAMBRE ! Ne laisse pas traîner tes chaussures ! Accroche ta veste !”

Ce que dit notre manière de ranger à l’autre

Moi-même, je dois avouer que j’adore mon mari, mais si il y a bien une source de conflit entre nous, c’est celle-là. Lorsque j’ouvre un tiroir que j’ai patiemment rangé quelques jours plus tôt, et que je le retrouve sans dessus-dessous, j’ai l’impression qu’il me dit “je me fous de toi et de ta façon de ranger, de tout le bonheur que ça pourrait t’apporter. Adopter tes nouvelles méthodes de rangement  me demande trop de concentration, alors tant pis si je piétine ton travail.” Du coup, j’ai l’impression d’avoir fourni un effort qui n’a eu aucun retour.

Telechargez le guide gratuit
Telechargez le guide gratuit

Mais si on interroge mon mari, vous pouvez être certain que lui, aura eu la sensation de fournir une attention particulière rien qu’en remplissant ce tiroir pour me soulager de la tâche “linge à ranger”. Pire, il avouera avoir beaucoup apprécié voir ses habits bien rangés. Et vous assurera qu’il a vaguement essayé de s’approcher de ma façon de ranger. Que ce “vaguement” représentait déjà un immense effort intellectuel d’adaptation.

pulls roulés méthode konmari

En réalité, la question du ménage et du rangement, c’est pas son truc. Disons-le : il s’en fout. Il pose les choses là où elles sont. Et réussit à les retrouver des heures ou des jours plus tard. Quant à moi, pour trouver ces mêmes objets, touchés par mon cher et tendre, je suis obligée de lui demander où il les a posé. Jamais au même endroit … et il s’en souvient (presque) toujours ! Fascinant. Le problème, c’est que pour s’y retrouver, il faut être dans son cerveau.

Etre à l’écoute et s’adapter

Alors petit à petit, j’observe sa manière de vivre, et celle de nos enfants, et j’adapte le rangement, le mobilier, l’agencement.

Je sais que son bureau sera toujours un “vide-poche géant”. Je ne veux plus voir ce tas de bazar trôner au milieu du salon, mais je sais que je ne le changerai pas. J’ai donc décidé de lui construire un bureau-secrétaire. Ainsi, dès qu’il n’est plus à son bureau, on pourra fermer cette boîte à bazar pour enfin se reposer les yeux. J’ai même bon espoir que, lorsqu’il l’ouvrira, il soit choqué par la violente image qui s’offre à ses yeux, et décide de faire un peu de tri quotidien.

P_20160505_154823

Quant à sa collection d’objets insolites entassée sur une étagère, j’ai choisi de la mettre en valeur dans une multitude de petites boîtes, comme des encadrements. Au lieu de vouloir tout supprimer pour avoir le salon zen et épuré dont je rêvais, je respecte son petit monde et le mets en valeur. En échange, je n’ai plus cette étagère immonde où se mélangeait poussière, objets de collections, objets du quotidien et même paperasse.

cabinet de curiosités Maïlys Dorn

Quant à ma fille (3 ans), qui transforme notre salon, sa chambre, et toute la maison, en une véritable tornade en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, j’ai remarqué qu’en ce moment, son truc, c’était la dînette. Et que, dans sa chambre, la dînette était rangée dans un endroit peu accessible : il faut ouvrir un grand placard à jouet, dans lequel se trouve un module à tiroir, et dans 2 des tiroirs, tout un tas de dînette.

Résultat : le placard est toujours ouvert, le tiroir aussi, et la dînette est étalée dans toute la maison. Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne peux pas lui demander de rester dans son placard pour y jouer ! Alors, sa manière à elle de nous dire que ce rangement est inadapté à ses besoins, c’est de l’étaler dans toute la maison.

J’ai donc décidé de lui construire une petite kitchenette sur roulettes , que j’ai placée à l’entrée de sa chambre, tout proche du salon. Ainsi, elle a la sensation d’être avec nous dans le salon lorsqu’elle y joue. Elle peut aussi la déplacer. Cette kitchenette est équipée de bacs de rangements ouverts dans lesquels elle peut ranger en se contentant de jeter. Magie ! Ma fille s’est tout de suite approprié ce nouveau mobilier, et c’est fini, la dînette éparpillée aux 4 coins de la maison !

cuisine dinette optimise mon espace

Amour, joie, bonheur !

Faciliter la communication

Mais pour que chacun puisse trouver les objets qu’il cherche sans avoir à fouiller toute la maison, il est indispensable d’organiser un système de rangement selon des règles qui peuvent être comprises et adoptées par tous. Ainsi, chez moi, les objets qui disparaissaient le plus souvent étaient les ciseaux, et le scotch. On avait beau en avoir une demi-douzaine d’exemplaires, ils étaient sans arrêt disséminés aux 4 coins de la maison, et introuvables au moment où on avait besoin.

J’ai réorganisé mon bureau et ses multitudes de tiroirs, afin de trier ces tiroirs par thématique :

– “ce qui coupe” : cutters, ciseaux à papier, ciseaux de couture, ciseaux crantés…

– “ce qui colle” : colle à papier, à tissus, à bois, super-glue, ruban adhésif transparent, marron, à peinture, patafix …

– “ce qui attache” : trombones, punaises, élastiques, agrafeuse…

– “ce qui écrit”: stylos en tous genres, crayons…

– “supports à écriture” : papier, cartes, enveloppes, timbres…

– etc, etc

tiroirs pour couper et coller

Avec ces nouvelles règles, j’ai retrouvé une harmonie, je perds beaucoup moins de temps à chercher ou à déplacer sans ranger, tout est fluide et évident, et donc beaucoup moins stressant.

Idem pour les “papiers” : rangés dans des tiroirs en carton étiquetés, ils sont faciles à trier, et nous avons beaucoup moins de mal à les retrouver. Et hop ! Une source de d’énervement en moins.

 

Se mettre à hauteur des enfants

Techniquement parlant, nos enfants en bas âge mesurent quand même plusieurs dizaines de centimètres que nous. Et pourtant, nous continuons à ranger traditionnellement, les verres dans des meubles hauts. Pourquoi ? Parce qu’effectivement, pour nous, tendre le bras pour attraper un verre est d’une facilité naturelle. Le problème, c’est que nos enfants, eux, doivent attraper une chaise, l’escalader, puis escalader le plan de travail, s’y mettre à genoux, tendre le bras, attraper un verre, le poser sur le plan de travail, descendre sur la chaise, descendre de la chaise, prendre leur verre. Puis pousser la chaise devant l’évier, remonter sur la chaise, et remplir le verre d’eau. Le poser, descendre de la chaise, et boire enfin. Tous ces gestes pour un simple verre d’eau ! Et le pire, c’est qu’en arrivant après eux dans la cuisine, nous sommes juste agacés par la chaise qui est restée devant l’évier et qui nous gêne. Il est temps de se mettre à la hauteur de nos enfants !

Pour ma part, j’ai réorganisé totalement les placards de la cuisine, ( au risque de perturber mon cher et tendre Rire ) afin que mes enfants de 3 et 8 ans puissent mettre le couvert, se servir d’eau, et vider le lave-vaisselle, tous seuls.

– Les assiettes, les verres, et les bols, sont désormais à leur hauteur.

– Une petite carafe d’eau à la taille de leurs mains est accessible toute la journée.

cuisine tiroir à vaisselle à hauteur des enfants

Incroyable l’effet que ça a eu. Les enfants apprécient de mettre le couvert et vider le lave-vaisselle car tout est désormais facile. Ils ne me dérangent pas non plus pour un verre d’eau et je n’ai pas à craindre de cascades de leur part. Ces petites modifications ont effacé une source d’agacement et mes enfants se sont sentis écoutés.

 

Négocier les tâches ménagères et trouver un terrain d’entente

Comme j’adore avoir des tiroirs bien rangés avec ma nouvelle méthode de pli du linge, et ayant compris que cela demandait trop d’efforts à mon cher et tendre, nous avons conclu l’accord suivant : je m’occupe à 100% du rangement du linge, et il s’occupe à 100% du passage de l’aspirateur.

Telechargez le guide gratuit
Telechargez le guide gratuit

Ça tombe bien, j’ai horreur de cette activité.

En revanche, grâce à ma méthode plié-roulé, le rangement du linge est devenu pour moi une activité presque amusante, en tous cas déstressante. Jamais je n’aurais pensé y prendre un jour du plaisir. Bref : j’ai échangé la tâche que je détestais le plus, contre la tâche qui n’est plus une corvée pour moi.

habits pliés-roulés méthode OME

Je n’irai pas jusqu’à dire que mon mari adore passer l’aspirateur, mais en tous cas, il ne fuit pas devant la machine, alors que la simple vue d’une corbeille à linge le fatigue d’avance.

Résultat : je profite de mes beaux tiroirs et je peux exiger un sol propre sans avoir à le nettoyer.

 

Faire son lit : le premier geste qui change votre journée

Dans ma vie d’avant, faire mon lit était bien la dernière de mes préoccupations. En retard tous les matins, ma seule obsession était d’arriver en courant à l’école avant que le portail ne ferme, puis foncer dans ma voiture pour m’engouffrer dans les embouteillages. Un jour, j’ai été déboussolée par une maman, qui courait elle aussi tous les matins, et qui me dit, devant le portail : “ oh lala, il faut que je repasse par chez moi, je n’ai même pas eu le temps de faire mon lit !” Sur le moment j’ai éclaté de rire, ne comprenant pas l’importance de ce geste. Et puis, ça m’a tellement interpelée , que j’ai décidé de m’y mettre moi aussi, pour voir ce que ça changeait.

lit défait

Et voilà ce que j’ai compris : ce lit brouillon déterminait le reste de ma journée. Et au moment de me coucher, tout était toujours aussi brouillon.

Faire mon lit tous les matins signifie désormais : je me prépare, ma journée peut commencer.

Et lorsque je défais mon lit chaque soir, ce même lit me dit : voilà une grosse journée qui se termine, il est temps de se reposer. Good night !

Mon bureau est en bazar, c’est signe de créativité !

C’est longtemps ce que j’ai avancé comme argument pour défendre mon incapacité à inscrire l’activité “rangement” comme prioritaire avant de commencer à travailler. En réalité, si les créatifs sont souvent bordéliques, ce n’est pas ce défaut qui permet leur créativité. J’ai fini par admettre qu’un bureau vide m’offrait un champs de possibles lorsque je commençais un nouveau projet. Que tous les post-its collés sur le mur en face de moi, je ne les voyais plus. Qu’ils polluaient simplement ma capacité de concentration.

Commencer … et donner le virus

Etre génétiquement bordélique ne signifie malheureusement pas aimer et assumer le bazar. J’avoue, j’ai longtemps pesté contre le désordre de la chambre de mes enfants alors que mon bureau ne ressemblait à rien. :-D

Mais depuis que j’ai compris à quel point mon lit soigné, mon bureau vide, et mes tiroirs bien rangés, impactaient sur mon humeur et celle de mes “cohabitants” , j’ai décidé de reprendre en mains mon habitat !

Je n’ai pas encore, et je n’aurai probablement jamais, une maison de magazine, mais le rangement s’est inséré petit à petit dans notre famille comme une activité quotidienne. Nous nous déshabituons peu à peu au désordre …

Cette nouvelle attitude m’apporte une certaine sérénité et … oserais-je le dire ? oui. Du bonheur.

plan de travail degage

Et vous ? Etes-vous encore de ceux qui croient en l’existence du “bazar organisé” ? Les personnes qui cohabitent avec vous s’y retrouvent-elles dans l’organisation de ce bazar ?

Telechargez le guide gratuit
Telechargez le guide gratuit