TROGLO-StarWars-1_thumb

Vivre sous terre : la pertinence des habitations troglodytes 4


Bienvenue à nouveau sur Optimise Mon Espace ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute lire mon livre qui vous explique comment réussir votre chantier SUR-MESURE ! Cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! :)

 

Imagineriez-vous la maison du futur … sous terre ?

C’est en tous cas comme ça que Georges Lucas a envisagé la maison de Luke Skywalker, sur la planète Tatooine. Mais ce village, qui ressemble vu du ciel à une taupinière géante, n’est pas sorti tout droit de l’imagination du réalisateur de Star Wars. Et le décor n’a pas été construit dans un des hangars d’Hollywood. L’équipe du film s’est directement posée dans le village troglodyte de Matmata, proche de Tataouine, dans le Sahara Tunisien.

Maison troglodyte Star Wars à Matmata

Maison troglodyte Star Wars à Matmata

En fait, ces maisons sous terre existent même depuis plus de 3000 ans … et sont toujours habitées par le peuple Berbère.

Dans le village de Matmata, elles ont cependant été en majorité désertées dans les années 70 : des inondations exceptionnelles ont causé plusieurs morts et incité les habitants à partir vivre dans une « Matmata Nouvelle » de briques et de béton, construite à la hâte par le gouvernement. Mais certains “puristes” résistent à l’appel du béton, et préfèrent vivre dans ces habitations pertinentes, qui ont fait leurs preuves depuis 30 siècles.

Découvrez dans cet article, l’intérêt de ces maisons sous terre.

[Cet article fait partie de la série “Quel sera l’habitat de demain ?” , réalisé dans le cadre d’un tour du monde en famille.]

Une maison à l’envers

La construction est inverse de celle d’une maison « classique » :

1/ Trouvez une colline

2/ Creusez y un large trou (environ 15-25 m de diamètre) jusqu’au bas de la colline : vous avez votre cour centrale.

3/ Autour de cette cour centrale, creusez les différentes pièces de votre maison : chambres, salon, cuisine, et pourquoi pas, poulailler, bergerie. A l’étage, au-dessus des chambres, creusez d’autres pièces, plus petites, qui ne serviront que de stockage : les fameux « greniers berbères »

4/ Pour entrer et sortir de votre maison, creusez enfin, depuis la cour centrale, le tunnel qui vous amènera au-dehors, et installez votre porte d’entrée, discrète. C’est le seul élément architectural que l’on verra de l’extérieur de votre maison. (Cette porte d’entrée peut également se situer plus haut dans la colline, on aura alors derrière cette porte, un escalier qui descend vers la cour centrale.)

Ce principe ne vous rappelle pas quelque chose ?

TROGLO entrée

 

Une « classique » maison avec patio, lumineuse et discrète

Et oui, on retrouve bien le principe architectural des maisons avec patio, qui ont en réalité puisé leur inspiration dans ces maisons troglodytes.

Ne pensez pas que vivre sous terre signifie vivre dans le noir : le soleil plonge généreusement dans la grande cour centrale, et se diffuse agréablement dans toutes les pièces autour.

à lire également : le génie des maisons avec patio

 

Maison troglodyte à Matmata, vu d'en haut

Apparues vers 1200 avant notre ère, les maisons troglodytes auraient été à la base conçues par le peuple Phénicien. La ville de Matmata aurait été construite plus tard, par les habitants de la région fuyant l’invasion romaine. Plus tard habitées pendant des siècles par le peuple Berbère qui cherchait également à se cacher dans le désert, elles ont aussi accueilli pendant la 2nde guerre mondiale des habitants de la ville de Gabès qui fuyaient les bombardements alliés au-dessus de leur ville, alors aux mains des Nazis.

Les maisons troglodytes seraient donc l’habitat discret par excellence ? Ashref, qui nous fait visiter son village, nous affirme que d’ici, ni la Révolution ni les attentats n’ont jamais eu aucun impact sur leur vie reculée qui continue sous le soleil. Seul le manque de travail l’inquiète, car il fait fuir les jeunes vers les grandes villes.

Mais ces maisons ne sont pas seulement « calmes ».

maison troglodyte Matmata Tunisie : le patio

 

Des maisons fraîches, quand l’air brûle au-dehors

Si vous avez eu pour idée de creuser une cave pour y placer votre vin, ce n’est pas par manque de place. C’est parce que la fraîcheur y est constante.

Dans une région où l’air peut atteindre 70°c au-dehors, ces habitats répondent, depuis des siècles, à une problématique de climat. Ici, ni climatisation, ni recherche d’isolant compliqué ou onéreux. Vivre sous terre. C’est tout. L’amplitude thermique, à l’intérieur, est très réduite : 15°C en hiver, à 25°C au plus fort de l’été.

maison troglodyte à Matmata : la chambre

 

Une construction avec zéro matériau pour le gros oeuvre

L’idée de construire une vraie maison avec patio, mais sans avoir à acheter de pierre, briques, ou bois vous paraît impossible ?

Ici, on ne « construit » pas, on creuse : l’enveloppe est déjà existante, il n’y a plus qu’à enlever de la terre pour y creuser son nid.

On appliquera ensuite du plâtre sur les murs et plafonds intérieurs.

Maison troglodyte à Matmata

Une maison sans angle droit

La nature ne propose pas de formes cubiques. Ces maisons non plus. Nées sous une colline, conçues autour d’un patio central rond, chaque pièce est voutée. Les espaces sont tous comme des « cocons » de douceur qui tranchent avec le climat aride extérieur. Même les portes sont arrondies.

En entrant dans ces pièces voutées toutes blanches, à la fraîcheur naturelle, on a tout simplement envie d’y rester. Pas que pour la fraîcheur … mais pour l’ambiance aussi.

maison troglodyte à Matmata : chambre

 

 

maison troglodyte à Matmata : cuisine

 

Vivre sous terre, l’habitat de demain ?

TROGLO cour centrale 1

Si ce type d’habitations est apparu en Tunisie il y a 3000 ans, n’y voyez pas pour autant des logements obsolètes, coupés du monde ou de toute civilisation. (On trouve d’ailleurs des habitations troglodytes en France aussi )

L’électricité est bien là, et la télévision aussi. Le raccordement à l’eau n’y est pas , mais un puits devant la maison offre une eau bien plus fraîche et pure que celle qui coule dans les robinets des grandes villes, et rend cette maison autonome grâce à la récupération d’eau de pluie.

 

Amel Meddeb, architecte urbaniste à la tête de l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis, me confie d’ailleurs avoir été surprise de rencontrer un jeune homme d’une vingtaine d’années, en pleine construction de sa maison troglodyte. « Mon frère a fait construire une de ces maisons de briques et de verre. C’est tout simplement invivable, il y fait trop chaud ! Je préfère reprendre les techniques d’habitations qui ont fait leurs preuves pendant des siècles ! » lui a-t-il dit.

Et vous ? Imagineriez-vous construire votre cocon sous terre ?

Partagez votre ressenti et retours d’expérience dans les commentaires en-dessous !

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Vivre sous terre : la pertinence des habitations troglodytes

  • Laure MESTRE

    Merci Maïlys pour le partage de ce voyage !
    Comme tu le dis dans ta newsletter, il existe aussi des maisons troglodytiques en France. Beaucoup sont encore habitées dans la falaise de calcaire (tuffeau) le long de la Loire, dans la région de Saumur. Certaines cavités sont d’anciennes champignonnières, d’autres des caves à vin. La pierre extraite a permis de construire toutes les maisons de la région et en même temps de libérer des espaces habitables à l’intérieur. Le système de creusement est différent de celui que tu décris : en Maine et Loire, il n’y a pas de creusement de “cour centrale” ; l’ouverture vers le haut (sur le plateau viticole) est au contraire quasi invisible (il s’agit de puits de ventilation) ; l’ouverture visible sur le devant est large mais souvent dissimulée derrière de vrais murs ajoutés. On a parfois l’impression que le village est accroché à la falaise (entre Saumur et Montsoreau) : les habitations ont un façade de pierre de tuffeau (très blanche), parfois quelques pièces classiques, plus des pièces troglodytes vers le fond du logement. La température est en effet presque constante (d’où l’utilisation comme caves à vin).
    Bon vent !